Make your own free website on Tripod.com
Maison
Années d'enfance et de jeunesse (1622-1643)
Fondation de l'Illustre Théâtre (1643)
Molière en province (1645-1658)
Molière à Paris (1658-1673)
Histoire de son Théâtre
Molière, les règles et le public
L'action dans les comédies de Molière
Les caractères
Le tragique dans Molière
La morale dans Molière
Le style de Molière
Des images

>>Le tragique dans Molière<<

           Et, comme c’est la vie, c’est au fond beaucoup plus triste que risible . Musset a  excellemment défini : Cette mâle gaîté si triste et si profonde que lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer.  Il n’est pas une grande comédie de Molière, l’École des femmes , le Misanthrope,l’Avare,les Femmes savantes, et certaines farces, comme le Bourgeois gentilhomme et le Malade imaginaire, qui ne contiennent , en puissance, un véritable drame.  Un tuteur bafoué, loyalement amoureux d’une « petite peste » ; un brave homme comme Alceste, jouet d’une coquette ; un père , Harpagon, détesté par ses enfants ;  un M. Jourdain ou un Argan sacrifiant leur famille à leur folie : voilà des situations assez peu comiques en elles-mêmes. Et Molière n’esquive pas , comme on le dit parfois à tort, les scènes sérieuses . Quel pathétique dans les explications d’Alceste et de Célimène ! Quelle frisson passe dans la salle, quand au vieil Harpagon, qui maudit son fils, le fils répond : «  Je n’ai que faire de vos dons ! » Et l’on éprouve je ne sais quelle « terreur bourgeois » quand, Argan contrefaisant le mort , Béline entonne son cynique couplet de triomphe . Mais si Molière  , sent et nous fait sentir les profondeurs tragiques de ses sujets, il ne s’y arrête jamais longuement ;  il dissipe très vite l’impression sérieuse , à laquelle il semble qu’il ait cédé malgré  lui, par la force même des choses. Entre Alceste et Célimènte qui se font souffrir , apparaissent inopinément ou l’envoyé des maréchaux , ou le valet Dubois ; l’arrivée subite de La Flèche tenant la cassette , après  la scène de la malédiction, nous fait rentrer brusquement dans l’intrigue : la «  résurrection » d’Argan et la fuite de Béline nous ramènent à la farce.  Et l’ensemble  de la pièce nous emporte d’un irrésistible entrain dans le rire et dans la gaîté . -  Molière est un contemplateur qui d’abord devait s’attrister devant la vie, comme le prouvent ses grands yeux mélancoliques et ses sourcils froncés ; et son premier mouvement , sa tentation , c’était la drame ; mais disposé d’abord à « prendre les  choses au tragique », la réflexion les lui montre bientôt comme des « folies ». Qui donc a dit : « Le monde est une tragédie pour celui qui sent, et une comédie pour celui qui pense » ?