Make your own free website on Tripod.com
Maison
Années d'enfance et de jeunesse (1622-1643)
Fondation de l'Illustre Théâtre (1643)
Molière en province (1645-1658)
Molière à Paris (1658-1673)
Histoire de son Théâtre
Molière, les règles et le public
L'action dans les comédies de Molière
Les caractères
Le tragique dans Molière
La morale dans Molière
Le style de Molière
Des images

Le style de Molière

           C’est un style de théâtre.  Aussi a-t-il , à diverses époques , provoqué les critiques soit des puristes, comme La Bruyère, soit d’écrivains peu habitués au théâtre, comme Fénelon. Le premier dit « Il n’a manqué à Molière que d’éviter  le jargon et le barbarisme, et d’écrire purement é à dir "on. és au théstes, comme La Bruyèree de  » (Caractères Ch. 1). Et Fénelon : « …En pensant bien , il parle souvent mal ; il se sert des phrase les plus forcées et les moins naturelles . Térens dit en quatre mots , avec la plus élégante simplicité ce que celui-ci ne dit qu’avec une multitude de métaphores qui approchent du galimatias . J’aime bien mieux sa prose que ses vers … Mais en général il me parait , jusque dans sa prose , ne pas ver point assez simplement pour exprimer toutes les passions » . (Lettre à l’Académie, Ch. VII).  Ces reproches a expliquer relativement , que valent-ils  en eux- mêmes ? Il faut avouer que Molière écrit très vite , soit en vers , soit en prose ; de là , surtout en vers , quelques passages pénibles , quelques figures pas assez cohérentes , quelques traces de galimatias .  Mais , d’autre part , il faut toujours se rappeler que Molière a le génie dramatique si objectif , qu’il écrit chaque rôle sous la dictée de son personnage . Le marquis et les jeunes élégants parlent naturellement le langage alambiqué , un peu  précieux , des gens à la mode , et c’est une sorte de jargon que Molière ne prend pas à son compte . Les gros bourgeois , comme Chrysale, M. Jourdain , M  Jourdain , M. Josse , M. Dimanche , parlent la bonne , simple et drue langue française, celle du Palais et des boutiques. 

Et les servantes s`experiment sans façon tantôt avec les proverbes des Halles, et tantôt avec l`accent de leur province. Les gens de métiers usent des métaphores et des locutions de leur état. Molière a senti le premier combien la condition façonne et déforme à la longue l`individu. Comparez le style du maitre de danse, du maitre de philosophie, du maitre d`armes, dans le Bourgeois gentilhomme ; étudiez celui de Tartuffe et celui de M . Jourdain, vous serez convaincu que, bieu avant Diderot, Molière ne fait parler les conditions. En un mot, Molière n`a pas un style, il a autant dé stykes que de personnagés différents ; en qui il est infiniment supérieur à Regnard, à Marivaux, à Beaumarchais et à Dumas fils. Jamais Molière ne fait d`esprit. Les naifs et les imbéciles restent chez lui tout ce qu`ils sont. Et vous , vous rappelez la réponse de Dorante (Critique de l`École des femmes) au marquis Turlupin, qui se moque d`une sottise d`Arnolphe : « L`auteur n`a pas mis cela pour être de soi un bon mot, mais comme : unde chose qui caractérise l`homme. »